HORORKULT - Forum Forum Index
FAQ  Search  Memberlist  Usergroups  Profile  Log in to check your private messages
View posts since last visit
Log in   Register


HORORKULT - Forum Forum Index -> CINEMA -> L'Auberge Rouge -> Les années 2000 Goto page: 1, 2  >

Author Message
<  Wolf Creek
Holy Loomis
PostPosted: Fri 9 Jan - 17:05 (2009)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline


Joined: 29 Dec 2008
Posts: 222
Localisation: Dans le 59

WOLF CREEK - 2006

Ecrit et réalisé par Greg McLean
Avec John Jarratt, Cassandra Magrath, Kestie Morassi, Nathan Phillips




L'histoire : Trois jeunes randonneurs partent pour trois semaines de trekking dans le désert australien. Ils en profitent pour aller admirer Wolf Creek, un cratère causé par un météorite vieux de plusieurs milliers d'années. Cette nuit-là, ils retrouvent leur voiture en panne. Lorsque un autochtone leur propose de l'aide, ils se croient sauvés. Pourtant, le vrai cauchemar commence...









Produit, écrit et réalisé par Greg McLean, "Wolf Creek" est un survival basique qui ne renouvelle en rien le genre, mais qui a le mérite de se classer dans les premières places.

Le film démarre, nous suivons donc nos 3 personnages à travers un road-movie dans le désert australien, où pendant une grosse moitié du film Mc Lean parvient à créer un lien entre nous et ses trois jeunes, insouciants, beaux et innocents... Durant leur trekking ils s'arrêteront dans une station pour faire le plein (ah, tout un classique !), qui n'a pas été un jour chamboulé dans un p'tit bar par une bande de C*** : Triste réalité de la vie. Puis l'arrivé à Wolf Creek, ce cratère énorme.
Jusqu'ici je n'ai ressentis aucun ennui, à savoir que quand on sait que l'on va voir un survival, on sait qu'il est nécessaire de prendre le temps pour présenter ses personnages, de les rendre attachants.
Avec une réalisation à effet réaliste parfaitement maîtrisé, une photographie excellente, on a aussi l'avantage de visiter le désert australien, le ciel filmé selon ses différentes couleurs : bleu, rouge, orange et ce plan aérien du cratère laissant autour de lui le néant (la Lune !). Il y a une touche de réalisme qui m'a fait penser au Projet Blair Witch.

On en arrive au moment où ils quittent Wolf Creek, la voiture ne démarre pas, ils sont contraints de passer la nuit au beau milieu du désert, nous de notre côté commençons à être inquiet pour eux, grâce à cette mise en scène, la nuit, les plans serrés dans le véhicule et soudain l'approche de phares, une autre voiture, c'est un gentil et drôle autochtone du nom de Mick qui vient leur proposer de l'aide, tractés jusque chez lui, ils sympathiseront autour d'un feu, le doute s'installe. Pour en arrivé à la vérité, Mick n'est pas si gentil. Et tout s'enchaîne, ils sont dans les griffes d'un psychopathe cruel et dérangé, nous assistons impuissant à leur sort.

Nous faisons face à de l'horreur psychologique et humaine, il ne faut pas s'attendre à un festival gore, Mick prend un malin plaisir à jouer avec ses victimes. Greg McLean mise plus sur une violence suggestive, mais elle n'en est pas moins cruelle. Un certain humour noir pointera même le bout de son nez, un clin d'œil à Crocodile Dundee, j'ai adoré !

Par rapport à ce que j'ai pu lire et entendre sur ce film, je ne suis pas déçu. Mais j'ai quand même un reproche, pour sa dernière partie qui manque parfois de rythme et on arrive assez vite au générique de fin.
L'ombre de Massacre à la tronçonneuse plane ici et là, et le chef d'œuvre de 1974 est lui aussi, basé sur des faits réels.
Au casting Cassandra Magrath, Kestie Morassi et Nathan Phillips, trois inconnus à mes yeux mais de bons acteurs, pas du tout stéréotypés et d'une beauté simple et naturelle. John Jarratt est quant à lui excellent dans le rôle de l'autochtone : drôle, inquiétant et cruel.

Wolf Creek est donc un très bon survival qui reflète à merveille les années 70, l'image, la mise en scène, le scénario, la couleur et la photographie montre que ce film n'a rien d'Hollywoodien, plus que spectateur, nous sommes témoin du sort de ces victimes, un effet rarement ressentit depuis "Massacre à la tronçonneuse", après le fin fond du Texas, le désert australien : Des endroits où je ne mettrais certainement pas les pieds !!!

5,5/6
_________________
Pier.C devient Holy Loomis !
Back to top
Visit poster’s website
Publicité
PostPosted: Fri 9 Jan - 17:05 (2009)  Publicité -->





PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Christophe
PostPosted: Fri 9 Jan - 17:32 (2009)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Administrateur

Joined: 25 Nov 2008
Posts: 779
Localisation: 94

...En simple spectateur, dire que j’ai souffert n’est pas un vain mot, le mérite en revenant à un scénario construit et très bien écrit, mais aussi et surtout à son casting impressionnant de justesse. John "Mick" Jarratt est un très grand acteur, et sa composition de bushman psychopathe fait réellement froid dans le dos. Quant à Nathan Phillips et ses deux partenaires féminines, leurs rôles respectifs sont un pur régal : très loin des clichés d’ados dégénérés, ils sont matures et le prouvent jusque dans la douleur : à aucun moment l’un d’entre eux ne devient une victime résignée à son sort ; ils restent dignes devant l’horreur qu’ils subissent et le font savoir à leur tortionnaire, tant verbalement que physiquement. Ils réussissent en quelque sorte l’intolérable : faire de l’agonie une douleur acceptable...

Pour lire l'intégralité de mon avis:
http://horrorkult.over-blog.com/article-26463580.html


_________________
http://horrorkult.over-blog.com.com
Back to top
Visit poster’s website MSN
Tromatojuice
PostPosted: Fri 9 Jan - 19:49 (2009)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline


Joined: 03 Jan 2009
Posts: 85
Localisation: Indéterminée

Avis très mitigé sur ce film. Fait rare: j'ai trouvé que le premier acte écrasait les suivants. Or, ce n'est que l'introduction des personnages... étrange. Le reste m'a paru bien terne. (Pour les Australofiles, j'ai largement préféré Storm Warning)
_________________
http://www.panikattak.fr
Back to top
Visit poster’s website MSN
CAMIF
PostPosted: Fri 9 Jan - 21:30 (2009)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Modérateur

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 7,201

Un vrai retour aux sources car étonnamment proche dans sa conception des grands films du genre et en la matière de "Massacre à la Tronçonneuse",  le retour à un certain cinéma estampillé 70’S.
 



Wolf Creek reprend tout les canons du genre :
 

- Unité de Lieu, le fin fond de l’Australie profonde, belle à pleurer mais aussi dure et aride comme ses habitants.
- Unité de Temps, trois jours entre le début et la fin du film.
- Unité d’action en 3 temps : 
 

1 / Mise en place de l’intrigue avec de "vrais personnages" ( les trois héros qui sont des gens banals et non pas des bimbos avec gros seins et machos tout en biceps ), auxquels on peut s’identifier aisément, le réalisateur prenant le temps qu’il faut pour leur donner corps, leur donner une vie, des sentiments, des projets, créant ainsi une réelle empathie avec le spectateur dans le but de renforcer le malaise et l’horreur qui s’abattront sur eux quand viendra l’indicible et l’impensable.
2 / Arriver du psychopathe dont on ne sait et dont on ne saura pas grands choses sauf qu’il a été chasseur, et dont le doute sur ses intentions réelles s’insinue peu à peu jusqu’à notre conscience.
3 / Et tout d’un coup (d’un plan sur l’autre en fait), le survival en lui-même, brut, efficace, terrifiant, abject, extrême et qui nous paraît tellement probable et authentique.
 


Un joyau brut, une métaphore de la vie où le bonheur et si proche du malheur, où l’on peut passer du Paradis à l’Enfer en un clin d’Oeil.
 


_________________
Back to top
Tromatojuice
PostPosted: Fri 9 Jan - 23:35 (2009)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline


Joined: 03 Jan 2009
Posts: 85
Localisation: Indéterminée

Merci K Mif, même si on est pas d'accord, au moins tu dis de belle chose. Je suis d'accord sur ton point 1/ . Le reste, je me suis juste fait chier. J'ai trouvé le film convenu et tiédasse. Mais ce n'est que mon avis, et je comprends qu'il ait reçu un tel engouement, en une époque ou l'on déverse sur le spectateur une diarrhée difficilement qualifiable de cinématographique.
_________________
http://www.panikattak.fr
Back to top
Visit poster’s website MSN
Elouan
PostPosted: Fri 5 Mar - 16:28 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

WOLF CREEK


Je mets délibérement cet affiche là, l'autre ne me plaisant pas épifétout !

2004
Réalisé par Greg McLean
Avec John Jarratt, Nathan Philips, Cassandra Magrath et Kestie Morassi
1h35
Interdit aux moins de 16 ans

L'histoire :
En Australie, 3 jeunes gens s'en vont faire du trekking dans le bush. Alors qu'ils admirent le Wolf Creek, un immense cratère causé par une météorite, leurs montres et surtout leur voiture tombent en panne. Heureusement pour nous et pas pour eux, un sympathique autochtone qui passait par là se propose de les aider. Apparemment peu connaisseurs en matière de survival, le trio accepte et se prépare donc sans le savoir à de longues et douloureuses heures de souffrance...

Mon avis :
On a tendance à souligner l'importance du torture-porn - pourquoi porn d'ailleurs ? - pour les années 2000 qu'on en oublie trop vite le revival très prolifique du survival (sans doute parce que ça fait moins jaser). C'était pourtant logique que les deux (ré)apparaissent en parallèle car dans les deux cas, on torture avec plaisir. Quelle décennie de sadiques !
Ce Wolf Creek ne déroge donc pas à la règle même s'il est très économe en matière de souffrance physique. On le voit bien dès le démarrage, McLean tente - d'ailleurs bien - de faire original.
Paysage australien qui devient un véritable personnage à la manière du désert californien de Gerry, les jeunes sont étonnamment matures et réalistes ce qui pour une fois crée en nous une véritable empathie, un méchant seul (alors que les survival aiment bien les bandes/familles)....
Du coup, on a une première heure d'introduction très agréable, qui prend le temps comme nos héros le font. On participe aux moments d'intimité avec plaisir et puis, au moment où l'on commence à se souvenir qu'on avait mis un dvd d'horreur dans le lecteur, l'action démarre.
Il y a donc l'avant feu de camp - véritable climax du métrage - et l'après où l'on rentre dans l'horreur.
Dire que la 1ère partie est meilleure que la seconde est malheureusement - pour ce type de film - une évidence. Certes, la suite n'est pas mauvaise, loin de là mais elle n'égale pas l'ambiance et la réussite de la 1ère.
Comme je le disais plus haut, Wolf Creek est très économe sur l'horreur visuelle et à la limite, il aurait été encore mieux qu'il en soit totalement exempt. Pourquoi ? Parce qu'on y croit pas trop tout simplement car ce chasseur - aussi taré qu'il puisse être - ne dégage pas cette cruauté là. D'abord c'est un chasseur et le réalisateur l'oublie pendant presque tout la 2e partie. Or un chasseur, il aime le défi et la traque. Lui rajouter une tendance à la torture physique (longue qui plus est)  est très dommageable car elle annihile le potentiel original que l'on pouvait attendre du bonhomme.
Au moment du feu de camp, on comprend que deux mentalités/générations se confrontent et ne se comprennent pas. On ressent violemment le pouvoir flippant du chasseur et sa manière de manipuler verbalement. Et c'est ainsi que ça aurait dû continuer : de la torture mentale et une bonne chasse à l'homme. Mais non, on est dans un survival et du coup, on a un hangar craspec, on met plein de morceaux cadavres dans le décors, on ligote les jeunes, les mutile... Si ce passage n'est pas si long en réalité, il dessert beaucoup le métrage car il surfe sur des poncifs qu'il semblait vouloir éviter et bouffe de la pellicule pour le reste.
Heureusement, les nanas s'évadent et là, ça devient plus intéressant car notre bonhomme va faire ce qu'il sait faire le mieux ; prendre son mal en patience, observer, traquer et faire feu.
Si vous avez bien suivi, vous comprendrez aisément que cette partie de chasse à l'homme est malheureusement très courte car le film est déjà bien avancé et du coup on est bien frustré que tout cela soit expédié trop vite.
On garde en revanche cette image d'un homme à l'affût, le soleil derrière le chapeau... attendant d'autres proies.


 

4.5/6

Bande annonce :

 

 

 
 
 
 

_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
CAMIF
PostPosted: Fri 5 Mar - 20:55 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Modérateur

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 7,201

Pour moi c'est un des 4 ou 5 meilleurs survivaux de l'histoire , du monde, de l'univers et de la région PACA.
J'aime beaucoup le temps que prend le réal avant de faire basculer les 3 comparses dans l'horreur et comme le père Jarratt livre une intérprétation incroyable... Je ne vois pas grand chose à reprocher au film qui montre ce pourquoi il a été tourné et avec talent. Donc  c'est du 6/6, même après 3 visions.
Supérieur aux autre métrage de la vague " néo-survivals"...
_________________
Back to top
Elouan
PostPosted: Fri 5 Mar - 22:11 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

Le méchant est très bon c'est clair après, comme je disais, je trouve que son traitement n'est pas tout à fait cohérent et m'a quelque peu gâché ce que j'avais imaginé.

Ca reste globalement de très bonne facture, bien-sûr !
_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
Alambic
PostPosted: Fri 5 Mar - 22:25 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 3,696
Localisation: Alambic-City

Comme Elouan, j'ai trouvé la première partie trés bonne. Bonne mise en place, de la tension, du mystère.
Je ne savais rien du film, et j'ai rapidement pensé (quand ils sont au cratère) qu'on allait s'orienter vers une invasion nocturne d'E.T. hostiles.
J'ai même ouvert une autre bière, tant ma joie était grande.

A la place, et en guise de seconde partie (aprés la scène du feu de camps, excellente il est vrai) : un Survival d'une banalité affligeante. Je t'attrappe, je t'attache. Tu te détaches, tu t'échappes. Je te rattrappe, je te ré-attache. Tu te re-détaches, tu me tue, mais je suis pas vraiment mort. Je te tue, mais t'es pas vraiment morte. Alors tu t'échappes. Je te rattrappe... etc etc etc

:dodo:

3/6, ça suffira

________________________
_________________
I Am Rosemary's baby.
Back to top
Holy Loomis
PostPosted: Sat 6 Mar - 00:42 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline


Joined: 29 Dec 2008
Posts: 222
Localisation: Dans le 59

Un excellent survival qui reflète à merveille les 70's, mise en scène, scénar., photographie... Ici rien d'Hollywoodien.
John Jarrat est parfait ! Greg McLean réussit haut la main dans l'horreur psychologique et fait de son Wolf Creek un des meilleurs films du genre...

5,5/6
_________________
Pier.C devient Holy Loomis !
Back to top
Visit poster’s website
Alambic
PostPosted: Sat 6 Mar - 00:45 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 3,696
Localisation: Alambic-City

Horreur psychologique !
_________________
I Am Rosemary's baby.
Back to top
CAMIF
PostPosted: Sat 6 Mar - 09:50 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Modérateur

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 7,201

Alambic wrote:

A la place, et en guise de seconde partie (aprés la scène du feu de camps, excellente il est vrai) : un Survival d'une banalité affligeante. Je t'attrappe, je t'attache. Tu te détaches, tu t'échappes. Je te rattrappe, je te ré-attache. Tu te re-détaches, tu me tue, mais je suis pas vraiment mort. Je te tue, mais t'es pas vraiment morte. Alors tu t'échappes. Je te rattrappe... etc etc etc


________________________

Un survival quoi. La truc c'est que c'est comme ça. Ca s'appelle le genre . Sacré Alambic

Fuis moi, je te suis. Suis moi je te fuis.
_________________
Back to top
Elouan
PostPosted: Sat 6 Mar - 09:56 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

Alambic wrote:
Horreur psychologique !

J'crois qu'Holy fait référence à la fameuse et excellente scène du feu de camp (et peut-être un peu à la 1ère scène de torture mais j'trouve justement qu'elle est trop axée sur le physique et dessert l'aspect psychologique) parce que sinon j'vois pas car malheureusement, elle est très absente du métrage !

AMIF wrote:

Un survival quoi. La truc c'est que c'est comme ça. Ca s'appelle le genre .

Là, je suis entièrement d'accord avec toi mais le truc, c'est que le traitement original de la 1ère partie laissait entendre une suite à contre-courant. Survival certes, mais différent.
En fait non.
Le truc, c'est que je devais en attendre trop vu la 1ère partie car sinon, ça reste un très bon survival quand même. C'est juste qu'il aurait pu être un cran au dessus et tout balayer sur son passage.
_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
Alambic
PostPosted: Sat 6 Mar - 10:39 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 3,696
Localisation: Alambic-City

Je ne sais pas à quoi fait référence Holy, vu qu'il ne me répond jamais.

Et Camif, ce dont je parle n'est pas propre au Survival. The Descent appartient au sous-genre, preuve qu'on peut en faire sans basculer dans ce truc ultra répétitif et franchement limité, où deux personnes se cours aprés, l'une en bavant l'autre en braillant, alors que tu sais que personne ne va mourir avant la fin du film. C'est d'ailleurs la même chose dans les fins de Slashers, ces moments où "plus personne ne va mourir avant la fin", et où le tueur et l'héroïne tourne en rond en attendant le générique de fin, et où à force de se demander qui va mourir, on finit par s'en foutre royalement... je n'ai plus de patience pour ça.
Il y a heureusement des Slashers ou des Survivaux qui sortent un peu de cet éternel schéma...

______________________
_________________
I Am Rosemary's baby.
Back to top
Elouan
PostPosted: Sat 6 Mar - 11:12 (2010)  Wolf Creek --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

C'est vrai que c'est assez redondant et que ça peut être gonflant (mais je trouve que ça ne s'applique pas trop à Wolf Creek quand même. On est en haut du panier avec ce film malgré les critiques que je peux en faire).
En même temps, j'me suis rendu compte que ça fonctionnait toujours objectivement (pas forcément sur nous par contre). Le problème c'est qu'on ne sait plus trop à qui s'adresse les réalisateurs. A une époque, il était clair que c'était aux aficionados mais maintenant je m'demande. L'usage des codes est à la fois rassurant - on a nos repères - et parfois même amusant, mais ça fait quand même 40 ans qu'on nous les sert !
D'un côté, on a les films de fans pour les fans et de l'autre, une impression de "reboot" perpétuel qui s'adresse en réalité plus aux néophytes qu'aux spécialistes.
J'sais pas si j'suis clair
_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
Contenu Sponsorisé
PostPosted: Today at 01:31 (2019)  Wolf Creek -->





Back to top
Display posts from previous:   
All times are GMT + 2 Hours

Next topic
Previous topic
Page 1 of 2
Goto page: 1, 2  >
HORORKULT - Forum Forum Index -> CINEMA -> L'Auberge Rouge -> Les années 2000

Post new topic   Reply to topic


 
Jump to:  


Index | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
AdInfinitum v1.00 ~ mikelothar.com


Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group