HORORKULT - Forum Forum Index
FAQ  Search  Memberlist  Usergroups  Profile  Log in to check your private messages
View posts since last visit
Log in   Register


HORORKULT - Forum Forum Index -> CINEMA -> L'Auberge Rouge -> Les années 70

Author Message
<  L'Etrange Vice de Mme Wardh
Elouan
PostPosted: Sat 15 Jan - 18:48 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

L'ETRANGE VICE DE Mme WARDH
 

 
Lo Strano vizio della Signora Wardh (1971)
Réalisé par Sergio Martino
Avec Edwige Fenech, George Hamilton, Ivan Rassimov et Alberto de Mendoza
1h35
 

L'histoire :
Accompagnant son mari en voyage d'affaire à Rome, Mme Wardh retrouve plusieurs connaissances sur place. Enchantée de partager ses journées avec sa meilleure amie et un jeune homme qui la séduit aussitôt, elle cherche aussi à éviter son ancien amant, Jean, avec qui elle a vécu une relation sado-masochiste (d'où le titre). Parallèlement, un serial-killer sévit dans la région...


 

Mon avis :
Sergio Martino est artisan bisseux transalpin surtout connu pour son honorable nanar post-nuke, 2019 après la chute de New York. Artisan oui, mais un bon, de ceux qui exploite le filon avec assez de technique et de savoir-faire pour nous faire oublier l'évident manque d'originalité de ses productions.
Parfois même, il arrive à mettre une de ses réalisations dans le panier des réussites italiennes de genre (à chaque fois dans un genre assez spécifique au pays, à savoir le western, le post-nuke et bien sûr le giallo).
Cet Etrange vice, à l'instar de ses autres gialli, fait donc parti de ses hauts-faits et il est donc bon d'en parler, d'autant qu'en tant que second couteau fauché, on l'oublie souvent au profit des classiques Bava et Argento (voir Fulci pour les connaisseurs) !
Bref, ce film est sa première incursion dans un genre encore relativement neuf et il faut bien admettre que le gus tape fort et bien.
Si le scenario ne brille pas pour son originalité ni sa cohérence et repose presque essentiellement sur son final - inattendu - qui nous ramène à l'Inconnu du Nord Express de ce bon vieil Alfred, de même que le vice tant attendu est finalement tout à fait inutile pour l'intrigue, le tout est mise en scène avec assez de talent et même d'inventivité pour nous tenir en haleine pendant l'intégralité du métrage. On ne compte d'ailleurs plus les superbes scènes, depuis l'amour vache sous la pluie, les délires rêveurs de l'héroïne ou encore le meurtre sous la douche, j'en passe et des meilleures.
Qui plus est, côté casting, c'est la grande classe - à l'italienne ; le trio masculin est parfait et Edwige Fenech nous sort le grand jeu pour notre plus grand plaisir en distillant une sensualité bienvenue.
Après, on reste dans l'exploitation évidemment et ça n'a pas le génie des œuvres qui l'ont inspiré, mais il rempli aisément le cahier des charges du giallo - les meurtres bien qu'assez peu nombreux sont fort efficaces - avec une bonne pointe d'érotisme en plus dont on ne peut se plaindre.

Bande annonce :


 

_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
Publicité
PostPosted: Sat 15 Jan - 18:48 (2011)  Publicité -->





PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
CAMIF
PostPosted: Sun 16 Jan - 21:05 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Modérateur

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 7,201

Que va choisir Mme Wardh ? La tranquillité ennuyeuse avec son mari ? L’aventure avec George ? L’amour violent avec Jean ? Qui est le tueur au rasoir ? Vous reprendrez bien un peu de café ?
 

Voici le premier giallo du réalisateur transalpin Sergio Martino, qui avait commis jusque-là quelques mondos (Mille peccati... nessuna virtù aka Mondo Sex, America così nuda, così violenta aka Naked and Violent) et un western (Arizona se déchaîne). Mais c’est avec ce film qu’il se fera réellement connaître du petit milieu du bis italien et de ses amateurs (trices). Il enchaînera par la suite plusieurs autres gialli, tous d’excellentes factures, citons "L’alliance invisible", "La queue du scorpion", "Your Vice Is a Locked Room and Only I Have the Key" et le mythique "Torso", tous réalisés entre 1971 et 1973.
 

Pour mettre en scène cet étrange vice, il s’entoure d’une équipe rodée qui fera les grandes heures d’un certain cinéma soi-disant de seconde zone. Ernesto Gastaldi, un scénariste auteur de plus d’une centaine de films ("La vierge de Nuremberg", "Le dernier jour de la colère", "Mon nom est personne", "2019 : après la chute de New-York"), Nora Orlandi à la musique dont l’un des thèmes sera repris dans "Kill Bill 2", et une paire de comédiens talentueux, George Hilton, Albert de Mendoza, Ivan Rassimov et surtout surtout Edwige Fenech.
 

Dire que cette femme est belle est un euphémisme. D’ailleurs le réalisateur ne s’y trompe pas, faisant tourner tout le film autour d’elle (et il a bien de la chance le veinard !). Véritable créature de rêve méditerranéenne, elle trouve en Sergio Martino un mentor qui lui donnera ses meilleurs rôles (certaines méchantes langues diront même les seuls).
Tout simplement sublime et peu farouche, elle accepte souvent de jouer nue pour notre plus grand bonheur (ô ces seins! Véritable publicité contre l’usage du lait en poudre ! ) .
C’est bien simple, dans ce film elle apparaît dans pratiquement tous les plans !
 

Tour à tour effrayée, mutine, enjôleuse, sexy, glamour, sensuelle, elle illumine un film qui autrement ne se démarquerait (presque) pas des innombrables gialli des années 70.
Et même s’il est vrai que son personnage manque de profondeur, de psychologie et de corps (enfin, façon de parler, vu le corps en question), elle permet, par sa seule présence, de faire oublier les quelques lacunes du métrage.
 

 

Car s’il est vrai que " l’Etrange vice de Mme Wardh" respecte tous les codes du giallo, il apparaît parfois un peu brouillon dans sa gestion des événements, on a par exemple un peu de mal à suivre les raisonnements et les choix de Julie Wardh, tout comme on est bien en peine de comprendre comment elle a pu s’attacher à un type aussi patibulaire que Jean.
Martino enchaîne aussi des séquences que l’on peut qualifier de "fun" bien qu’elles soient inutiles en elles-mêmes et ne semblent être là que pour donner un peu de volume à une œuvre un tantinet anémiée. Bref, cela manque parfois de cohésion scénaristique.
Néanmoins, si l’on excepte une certaine tendance à mettre bout à bout des passages de manière un peu trop abrupte, tout le reste se situe dans le haut du panier en matière de "thriller jaune".
On est en effet vite pris dans l’intrigue et à la manière d’un bon roman policier, on se verra ballotté d’intrigues, en sous-intrigues, ne sachant pas qui est le meurtrier, jusqu’à une révélation finale pour le moins inattendue lorgnant imperceptiblement du côté du fantastique.
 

 

Mais le vrai sel du métrage réside dans l’utilisation des flashbacks conçus autour de la plastique d’Edwige Fenech et de ses rapports pervers avec son ex-amant, ainsi que dans la conception graphique des meurtres du tueur au rasoir. Là-dessus, Martino impose un style assez particulier que l’on retrouvera dans ses œuvres ultérieures.
 

Les passages érotiques à tendances sadiques devraient rester dans la mémoire de tous les cinéphiles déviants qui se respectent (on ne peut à ce sens oublier la séquence du viol sous la pluie ou celle où la belle se fait entailler le sein avec un morceau de verre). Ces passages conçus et filmés à base de ralentis et d’une photographie très soignée (un des " gimmicks" constants de pas mal de gialli) donnent un sentiment d’onirisme et procurent tout à la fois une vive répulsion naturelle mais aussi (et c’est là tout l’intérêt) un attrait indéniable.
 

Pour ce qui est des meurtres, même s’ils sont finalement peu nombreux et s’ils n’innovent pas vraiment, ils n’en demeurent pas moins efficaces et redoutablement mis en images, avec comme point d’orgue celui se déroulant dans un parc, au cours duquel le réalisateur parvient à créer une tension subtile en prenant pour cadre les grands espaces du lieu pour faire de la victime un être fragile et une proie facile. Remarquable !
.
Du bien bel ouvrage qui fait de "L’étrange vice de Mme Wardh", une des oeuvres phares du thriller italien des 70’s.

Martino est grand
_________________
Back to top
Pr Blood
PostPosted: Thu 20 Oct - 16:59 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 02 Mar 2010
Posts: 2,080
Localisation: Brest

Enfin vu !
Alors oui, la révélation du "vice" laisse un peu pantois... certains dirons que ce n'est pas un vice d'ailleurs  .
Blague à part, cela faisait un moment que je n'avais pas regardé de giallo, et c'est un plaisir de retrouver ce genre avec ce film. En essayant de ne pas trop en révéler, il se distingue quand même de la masse par son coupable (...) très particulier, et en conséquence, par toutes les mises en scène que cela implique. Scénario extrêmement intelligent donc.
A noter que l'une des lettres contient la phrase "your vice is a locked room, and only I have the key" qui sera le titre d'un autre giallo du même réalisateur. Question à ceux qui l'ont vu : est-ce la suite (il me semble que non) ?
_________________
Je ne montre pas le sang-froid qu'on est en droit d'attendre d'un policier.
Back to top
Elouan
PostPosted: Thu 20 Oct - 17:13 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

Non, ça n'a rien à voir, mais effectivement, je me souviens de ce petit mot.
Par contre, ce vice est par contre assez moyen malgré son casting de ouf' (le moins bon des gialli de Martino)
_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
CAMIF
PostPosted: Fri 21 Oct - 21:21 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Modérateur

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 7,201

Rien à voir entre les deux films effectivement.

Par contre, pour ma part, c'est le meilleur giallo de Martino. C'est donc le meilleur Martino

Mais bon, les goûts et les couleurs
_________________
Back to top
Elouan
PostPosted: Sat 22 Oct - 13:25 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

Attends, j'sais pas si on s'est compris. Je disais que "Your vice is locked..." était son moins bon.
"Mme Wardh" par contre est à son goût son meilleur.

Dans l'ordre de mes préférences es-Martino :

1."l'étrange vice de Mme Wardh"
2."Torso"
3."Queue du scorpion"
4."toutes les couleurs du vice"
5."Your vice is locked..."

En tous cas, les deux premiers de ma liste rentrent sans problème dans mon top 10 giallesque.
Mais bon, un giallo de Martino, c'est toujours mieux que 70% de la production giallesque (déjà globalement de qualité)...
_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
CAMIF
PostPosted: Sun 23 Oct - 20:56 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Modérateur

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 7,201

Ben alors, faut être clair ! Mr. Green
_________________
Back to top
Elouan
PostPosted: Mon 24 Oct - 12:58 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 09 Feb 2010
Posts: 4,471
Localisation: in a Yellow Submarine

Mais je suis clair !!! 
_________________
Elouan c'est le fourbe d'Amber @Camif
Back to top
Visit poster’s website
stephhorror
PostPosted: Mon 24 Oct - 20:21 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Administrateur

Joined: 08 Feb 2010
Posts: 225

Toutes les couleurs du vice est le meilleur. 
_________________
www.horreur.com
Back to top
Visit poster’s website
Alambic
PostPosted: Mon 24 Oct - 20:58 (2011)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 25 Dec 2008
Posts: 3,696
Localisation: Alambic-City

Stephh c'est comme les grands acteurs : on ne le voit que pendant les tournées promotionnelles. Mr. Green
_________________
I Am Rosemary's baby.
Back to top
michaelkrueger
PostPosted: Wed 11 Apr - 18:13 (2012)  L'Etrange Vice de Mme Wardh --> Reply with quote

Offline
Utilisateurs

Joined: 29 Dec 2008
Posts: 1,523
Localisation: nimes

Un scenario bien ciselé , une mise en scéne virtuose de Martino , une plongée delicieuse dans les 70's et le charme d'Edwige Fenech. Une reussite.
Back to top
Contenu Sponsorisé
PostPosted: Today at 00:11 (2019)  L'Etrange Vice de Mme Wardh -->





Back to top
Display posts from previous:   
All times are GMT + 2 Hours

Next topic
Previous topic
Page 1 of 1
HORORKULT - Forum Forum Index -> CINEMA -> L'Auberge Rouge -> Les années 70

Post new topic   Reply to topic


 
Jump to:  


Index | Create forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
AdInfinitum v1.00 ~ mikelothar.com


Powered by phpBB © 2001, 2019 phpBB Group